Brice Couturier et Eric Drouet ou le Thiers exclu

 

commune-de-paris-26-mars-28-mai-1871-la-commune-arretee-par-lignorance-et-de-reaction-jules-favre-et-louis-adolphe-thiers-d98km6

 

  • Brice Couturier, auteur d’une chronique quotidienne de 5 min chrono, se présente actuellement sur internet non comme simple groupie d’Emmanuel Macron mais surtout comme tenant d’une pensée minoritaire, subtile, occultée par les médias eux-mêmes trop occupés à faire de l’audience en passant en boucle les dernières images des manifestations des Gilets Jaunes. En clair, ce mouvement ne serait rien d’autre qu’un soulèvement, une révolte, une tentative de putsch, une insurrection (il faudrait tout de même préciser) d’extrême droite, voire fasciste (il faudrait ici encore préciser). La composante de gauche étant ramenée à sa part elle aussi « extrémiste » : les extrêmes se touchant, tout cela ne serait donc qu’un ramassis fasciste. CQFD. La preuve ? Les « leaders », deux olibrius relayés par les médias de masse, soutiennent des thèses complotistes, extravagantes, etc. Ceux-ci flirtant avec l’extrême droite, ils seraient la vérité du mouvement dans son ensemble. Le choix est ainsi sans alternative : ou bien Macron (la démocratie) ou bien Drouet (le fascisme). Pas d’autre choix possible : Brice Couturier pose le problème et impose la solution1.

 

screenshot_2019-01-22 brice couturier ( briceculturier) twitter

 

  • Brice Couturier s’illusionne sur sa clairvoyance qui ferait contraste avec la cécité générale : sa position n’a rien de novateur. Bien au contraire, sa parole est un discours usé, fatigué, délavé. Sa pensée est similaire à l’interprétation versaillaise de la Commune qui expliquait le mouvement par ses « meneurs » (aujourd’hui, ce sont des « leaders »). Le terme « meneur » n’est qu’un « mot vague et menaçant » par lequel « l’absence de pensée réactionnaire explique ce qui la gêne, des grèves aux révolutions. »2 L’explication par les meneurs n’est qu’un flatus vocis, un bruit, un son : cette explication ne dit rien sur ce qu’elle explique mais elle dit beaucoup sur celui qui explique. Le meneur est comme l’arbre qui cache la forêt : qu’est donc ce meneur s’il n’a personne derrière ? S’il y a un meneur, c’est qu’il existe des supposés suiveurs et que ces suiveurs ont de bonnes raisons de se mobiliser : le meneur n’est donc pas tant celui qui mobilise, ce n’est que le grand nombre qui permet à celui qui se présente comme meneur de se légitimer. Le meneur n’est rien sans le nombre, le nombre est toujours lui-même sans le meneur. Réduire un mouvement de contestation à ses supposés meneurs, c’est vouloir ne pas comprendre les raisons de cette contestation. Ce qui dérange Brice Couturier, c’est que son petit monde, tel qu’il le perçoit du fond de la vallée de Chevreuse et du haut du XVIe arrondissement de Paris, n’est plus accepté comme allant de soi : il est questionné et même attaqué par des gens qui n’en veulent plus. Rejeter la faute sur les meneurs, cela permet de disqualifier une contestation sans même avoir à la penser car elle est pour lui impensable : quand vous n’éprouvez pas dans votre corps ou dans votre esprit le désastre de ce qui nous tient lieu de monde, vous ne pouvez pas saisir la légitimité de la révolte. La politique est aussi affaire d’affects.

screenshot_2019-01-22 brice couturier ( briceculturier) twitter(1)

  • Brice Couturier s’imagine aussi en héraut du vrai face aux mensonges et autres fake-news. Son idée géniale est que le mouvement des Gilets Jaunes est attisé depuis Moscou. Là encore, l’originalité laisse place au poncif vieilli : « Les bourgeois conservateurs et les provinciaux donnèrent à la Commune une explication toute simple. Elle était l’œuvre d’un complot fomenté par les sociétés secrètes jacobines et surtout par l’Internationale »3 Rien de neuf là encore : la dénonciation de l’ingérence étrangère est le moyen de ne pas avoir à penser ce qu’il se passe. Peut-être que les Russes s’amusent sur Twitter et Facebook mais cela n’explique rien. Au mieux, ils ne font qu’exploiter une colère déjà présente, ils ne la créent pas de toute pièce. Ce ne sont pas quelques « bots » russes qui mettent des gens dans la rue. En jouant les agents secrets de salon, Brice Couturier ne pense rien des raisons politiques et sociales qui poussent des gens à manifester chaque samedi au risque de se faire estropier sans autre raison que d’être là.

 

1 La réfutation logique de ce discours est accessible à n’importe quel esprit rationnellement constitué : on ne peut inférer aucune généralité à partir de quelques cas particuliers.

2  H. Lefebvre, La Proclamation de la Commune, La Fabrique, p. 47

3  A. Dansette, Les Origines de la Commune de 1871, p. 13

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s